Redonnons vie au Grand Salon du Théâtre Charles Dullin

Ajoutez votre nom à la liste des mécènes. Pour faire un don, connaître l'avancement du chantier Charles Dullin et la liste des donateurs, suivez ce lien.

Séance académique

Vendredi 16 novembre 2018 à 16 heures

Château des Ducs de Savoie - Salle des délibérations du conseil départemental

Discours de réception de M. Philibert Du Roure

"Henry Bordeaux et l'aventure académique"

Réponse de Mme Anne Butin, membre du Bureau de l'Académie


ATTENTION

Nos permanences académiques hebdomadaires du lundi après-midi sont suspendues jusqu'à nouvel avis, en raison des travaux de rénovation de notre siège.

Signalements de novembre : Prenez connaissances des conférences présentées, en novembre 2018, par les sociétés savantes de Savoie, librement ouvertes au public en suivant ce lien


Séance académique

Mercredi 21 novembre 2018 à 16 heures

Château des Ducs de Savoie - Salle du comte Rouge (Tour demi ronde/ 2° étage - ascenseur)


Communication de Mme Corinne Townley, membre correspondant
"De quelques magistrats ecclésiastiques du Sénat de Savoie"

millet challes


Communication du Professeur Christian Sorrel, membre associé
"Matériaux pour une biographie : Mère Marie-Félicité Veyrat, supérieure des Sœurs de Saint-Joseph de Chambéry (1815-1885)".

mf veyrat   constitution congregation

La vie et l’œuvre de la sœur du poète savoyard Jean-Pierre Veyrat


L’Académie de Savoie associée à l’hommage aux Soldats de Montagne tombés aux champs d’honneur de la Grande Guerre

L’Académie de Savoie a apporté son patronage et son concours matériel à l’exposition et à l’évocation historique 
« Soldats de Montagne dans la Grande Guerre », organisées à Chambéry, par la Fédération des Soldats de Montagne et la 27° Brigade d’Infanterie de montagne, à l’occasion du centième anniversaire de l’Armistice du 11 novembre 1918.

11novembre2018


livio benedettiPour conserver à Chambéry la statue Lorelei de Livio Benedetti…. Appel au mécénat individuel !

La Ville de Chambéry et l’association des amis de Livio Benedetti viennent de lancer pour 3 mois, une souscription publique destinée à acquérir la sculpture Lorelei réalisée par cet artiste, afin qu’elle retrouve la place qu’elle occupait en 2017, place Saint-Léger, au bord de la fontaine, à l’entrée de la rue Basse du Château.

35.000 euros doivent être trouvés, d’ici au 23 novembre 2018, pour rendre possible cette acquisition.

Chaque don bénéficiera d’une réduction d’impôt correspondant à 66% du montant de ce don. Un reçu fiscal sera adressé à cette fin, à chaque souscripteur.

Pour faire un don en ligne sur le site dartagnans.fr, suivez ce lien


vierge charmettesLa vierge des Charmettes a réintégré Chambéry

La vierge des Charmettes (XVIII° s.) vient de réintégrer la capitale savoyarde après 39 ans d’absence. Elle ornait autrefois la façade de la chapelle de la Charité de Chambéry, place des Eléphants. Après avoir intégré, en 1923, le musée municipal, elle avait été déposée en 1960, dans un bâtiment en forme d’oratoire, au pied de la rampe d’accès à la maison de J.J. Rousseau aux Charmettes.

Dérobée dans la nuit du 27 au 28 juillet 1979, avec deux chérubins qui la flanquaient de part et d’autre, elle a été retrouvée, en Italie, courant octobre 2016 chez un antiquaire de la ville d’Udine (Frioul). On doit cette découverte au sens de l’observation et une pratique professionnelle avérée de l’adjudant-chef Luigi Portacci, membre de l’office de protection du patrimoine culturel des carabiniers. Via la consultation du fichier d’Interpol répertoriant les œuvres d’art volées, il a pu rapidement déterminer l’origine de cette statue.

L’antiquaire a pu justifier qu’il avait acquis cette statue au cours d’une vente publique en Autriche. Hélas, l’enquête n’a pu être conduite pour déterminer par quelle voie la vierge chambérienne avait intégré cette vente publique. Le parquet du tribunal d’Udine n’a pu, en effet, saisir les autorités judiciaires autrichiennes d’une demande d’entraide répressive internationale, en raison de l’échéance de la prescription de l’action publique

On demeurera donc dans l’ignorance de l’identité du voleur et de son probable commanditaire.

Le 24 juillet 2018, au cours d’une cérémonie au Musée des Beaux Arts de Chambéry, la statue a été fixée à un socle, au sein de la collection de peintures du XVIII° siècle. C’est cette place qui devrait être désormais la sienne, ainsi que le président de l’Académie de Savoie en a formé le vœu auprès du Maire de Chambéry.

  


pochette cdLe sauvetage du rideau de scène du peintre Luiggi Vacca

Redécouvrez l’inauguration du rideau de scène restauré du théâtre de Chambéry : l’évocation historique et le film du chantier de restauration

Une réalisation de Michel Roux et de ses vidéastes

Prix de cession du CD : Membres de l’Académie 6 euros / Non membres : 10 euros

(à retirer au siège de l’Académie)

  


Contribution au débat sur la cour d’appel de Chambéry

Dans le prolongement de la séance académique du 18 avril 2018 et du débat sur le statut de la cour d’appel de Chambéry, M. Jacques Pin, ancien procureur de la république de Chambéry et procureur général honoraire près la cour d’appel de Metz, nous a fait parvenir la contribution ci jointe logo pdf


Une nouvelle avancée pour la restauration du Grand Salon

Le vendredi 23 mars 2018, au cours d’une sympathique cérémonie, honorée par la présence du maire de Chambéry et d’une quarantaine de mécènes, les directions du Crédit Agricole des Savoie et de la Fondation Crédit Agricole Pays de France ont remis un chèque de 15.000 euros à l’Académie de Savoie, dans le cadre de la souscription qu’elle a lancée en vue de la restauration du Grand Salon du théâtre Charles Dullin.

Le cap des 100.000 euros est dorénavant franchi !!! La route est encore longue mais le but sera atteint, dès lors que chacun continuera à mobiliser autour de lui. De un euros à l’infini, chaque chambérien, chaque savoyard, chaque amoureux d’art et d’histoire où qu’il se trouve, peut à son tour devenir mécène du Grand Salon. Puisse une première tranche de travaux débuter dès 2018 !

salon theatree 20181   salon theatree 20182


Promotion et entrée de nouveaux membres à l’Académie de Savoie

Réunis en assemblée générale, le 17 janvier, les membres titulaires de l’Académie de Savoie ont procédé à l’élection des trois nouveaux confrères appelés à siéger aux fauteuils devenus vacants à la suite des décès successifs de M.M. Maurice Opinel, Daniel Chaubet et Pierre Fontanel. Ont été élus, au premier tour de scrutin :

m dacquin

 Mme Monique Dacquin

 

Présidente de l’association des guides du patrimoine des Pays de Savoie, ancienne présidente de la société des Amis du Vieux Chambéry. Auteur de nombreux articles et ouvrages historiques sur Chambéry (« Chambéry, une ville à découvrir » ; « Le faubourg Montmélian autrefois », « Chambéry d’antan, à travers la carte postale ancienne » « La crypte de Lémenc, un trésor en péril », « Le Carmel de Chambéry » etc.)

Membre associée de l’Académie de Savoie depuis 2012.

 

jp madelon

 

 

M. Jean-Pierre Madelon


Maitre graphiste et typographe chambérien au renom interrégional, ayant assuré par l’affiche, depuis 1960, la promotion de nombre d’évènements majeurs de la vie savoyarde. Auteur en 2016 d’une communication remarquée à l ’Académie sur « L’image des mots ».


Membre associé de l’Académie de Savoie depuis 2006.

 

 

p roure 

 

M. Philibert du Roure,


Ancien cadre supérieur de sociétés multinationales. Petit-fils du romancier savoyard et académicien français Henry Bordeaux (1870 - 1963), il a consacré et consacre à la vie et l’œuvre de celui-ci, de nombreux articles et conférences.


Membre associé de l’Académie de Savoie depuis 2009.

 

 

 

 Ont, par ailleurs, accédé au rang de membre associé : le professeur Cédric Brunier, guide-conférencier du château de Miolans, auteur de plusieurs ouvrages historiques faisant autorité, M. Jean-Amédée Lathoud, avocat général honoraire près la cour de cassation, vice-président de l’Académie de Macon et M. Julien Coppier, directeur-adjoint des Archives départementales de la Haute-Savoie.

Ont été enfin admis, en qualité de membres correspondants de l’Académie : le colonel M. Michel Gay, auteur d’ouvrages et études sur les énergies (nucléaires, renouvelables etc) ; Mme. Anne-Sophie Nardelli-Magland, maitre de conférences en histoire contemporaine à l’université de Savoie-Mont-Blanc ; le professeur Denis Varaschin, président de l’Université de Savoie-Mont-Blanc et M. Jacques Viout, administrateur de la société des Amis du Vieux Chambéry, auteur d’articles et publications sur Chambéry.


L’enseigne d’une boutique chambérienne du 18° entre au Musée Savoisien

A la faveur d’une vente publique dans la région parisienne, le Musée Savoisien dont la réouverture des portes interviendra en 2019, vient de faire l’acquisition d’un témoin original de l’histoire locale. Il s’agit de l’enseigne en bois polychrome (2,55 x 0,80 m) de la boutique du maître perruquier chambérien Catherin Ailloud (18° siècle).

Décorée de flacons de parfum, onguents, pommades, boites de tours (de cheveux), perruques, encadrant un médaillon représentant un perruquier coiffant un client, elle porte l’inscription « A la coupe des cheveux. Ailloud fait des perruques, toupets et tours en tous genres »

Fils de François Antoine Ailloud et de Péronne Françoise Lacroix, Catherin Ailloud né à Chambéry en 1758, possédait des terres aux Marches, à Grésy sur Aix et la Biolle d'où il était sans doute originaire. Marié en 1799 à Anne Monet, il demeurait avec sa femme et sa fille, au fond du passage de l’Etape s’ouvrant sur la rue Juiverie.

Les relevés d’imposition de la Gabelle du sel de 1787 et le plan de Chambéry de cette époque (dit plan des canaux) révèlent que sa boutique était située à l’angle de l’actuelle rue de Lans et de la place de l’hôtel de ville. Catherin Ailloud décédera à Chambéry en 1814.

L’Académie de Savoie qui a multiplié les interventions pour que cette enseigne remarquablement conservée réintègre la capitale savoyarde, a exprimé sa vive satisfaction au Conseil départemental qui a assuré le financement de son acquisition.

enseigne ailloud


massotti1L’aquarelle de l’incendie du château restera à Chambéry

La célèbre gouache aquarellée de Massotti, unique source iconographique de l’incendie du château de Chambéry de 1798, récemment mise en vente aux enchères, ne quittera pas la capitale savoyarde. Elle vient, en effet, d’être acquise par le Conseil départemental pour enrichir les collections du musée savoisien.

Né à Parme en 1766, où il avait étudié à l’Académie des beaux-arts de cette ville, Joseph Massotti, s’est établi à Chambéry en 1789. Embauché comme dessinateur au cabinet de l’architecte Trivelly (l’auteur des portiques de la rue de Boigne) puis comme « adjudant de première classe » au bureau des ponts et chaussées de l’administration sarde, il va être l’auteur de multiples plans d’édilité publique. Mais il se fera surtout connaitre du grand public par ses aquarelles colorées représentant divers quartiers de Chambéry, dans les premières années du XIX° siècle. Au premier rang de celles-ci, des représentations de l’ancienne rue couverte de la place Saint-Léger.

Sa gouache du château qui vient d’être acquise fait revivre la nuit du 13 décembre 1798 où l’ancienne demeure des ducs de Savoie est, une nouvelle fois, la proie des flammes. Le corps de logis principal va bientôt disparaitre dans la fournaise. Seules échapperont au sinistre, la Sainte Chapelle, les tours demi-ronde et trésorerie ainsi que le bâtiment de la Chambre des Comptes et la tour des archives dominant la place du château.

L’Académie de Savoie a exprimé au Conseil départemental et à son directeur du patrimoine et des archives, M. Jean Luquet, sa vive satisfaction de voir entrer dans les collections publiques savoyardes, cette visualisation picturale d’un évènement ayant marqué l’histoire de la cité ducale.


© Académie des Sciences Belles-Lettres et Arts de Savoie - 2018

TOUS DROITS RESERVES

MENTIONS LEGALES - PLAN DU SITE

Une réalisation WATOOWEB