Comte Xavier de VIGNET (3 avril 1780 – 17 mars 1844)

Le comte Xavier de Vignet (ou Vignet aîné, comme on écrivait alors), né à Chambéry le 3 avril 1780, appartenait à la meilleure noblesse de robe. Son père, Pierre-Louis Vignet, avait été nommé sénateur au Sénat de Savoie le 9 janvier 1769, et lui-même le fut à son tour le 4 septembre 1816. Sa mère était sœur de Joseph et de Xavier de Maistre. Il avait épousé lui-même une sœur d'Alphonse de Lamartine.

Le sénateur comte de Vignet fut chargé, dès 1816, de la liquidation de l'actif et du passif des communes qui avaient formé le département du Léman ; il eut aussi une mission du gouvernement auprès de la république de Genève.

Comme il s'acquitta à la satisfaction générale de ces difficiles fonctions, il fut plus tard, en 1831, appelé à Turin en qualité de premier officier au ministère des affaires étrangères, poste qu'il occupa jusqu'en 1835. Il obtint alors sa retraite, et put enfin rentrer à Chambéry, où il résida jusqu'à sa mort, arrivée le 17 mars 1844.

M. le comte de Menthon d'Aviernoz, qui fut chargé de son éloge funèbre à l'Académie de Savoie, apprécie son talent en ces termes : " M. le comte de Vignet brillait surtout par la vigueur de son esprit, par la promptitude, la sûreté de son raisonnement, par l'étonnante variété de ses connaissances ; peut-être pouvait-on lui reprocher, en matière scientifique, de mettre trop de feu, trop d'inspiration dans le choix des thèses qu'il se décidait à soutenir, bien que, par la puissance de sa logique et par la richesse de son éruditions il sût presque toujours les démontrer avec des preuves irréfragables. "

Il a publié dans les Mémoires de l'Académie :

  • Un mémoire sur Huïnbert aux Blanches-Mains, où il cherche à prouver l'existence de Bérold de Saxe. (1ère série, vol. III, p. 259.)
  • Une dissertation sur le passage des Alpes par Annibal; il se prononce pour le col de la Seigne et l'Allée-Blanche. Elle est résumée dans la Notice historique, en tête du vol. IX, 1ère série des Mémoires de l'Académie.
  • Une notice sur les voies romaines de Lemnicum à Augustum. (Ibid., vol. IX, 353.)

En l842, l'Académie nomma par acclamation M. le comte de Vignet pour son président, et il occupa ce fauteuil jusqu'au jour de sa mort. Dans ces fonctions délicates il se distingua toujours par son extrême courtoisie et par les brillantes qualités de son esprit.

© Académie des Sciences Belles-Lettres et Arts de Savoie - 2018

TOUS DROITS RESERVES

MENTIONS LEGALES - PLAN DU SITE

Une réalisation WATOOWEB